Accueil > Différences pas importantes... si tout de même > Petite pillule bleue, rouge, blanche, ovale, ronde, etc.

Petite pillule bleue, rouge, blanche, ovale, ronde, etc.

Comme je l’avais annoncé dans mon billet sur le malade imaginaire, voici donc un autre billet sur les médicaments et les prescriptions médicales en Malaisie.

Je pourrai faire simple et vous dire d’aller voir à Vancouver comment ça se passe, mais ça ne vous avancerait pas à grand chose si vous voulez savoir les secrets de la Malaisie mystérieuse. Ouhahahaha !

Tout d’abord une petite image de prescription de médicaments pour placer le sujet :

medic_malaysia

Vous pouvez le voir : des flacons, des sachets contenant des pillules ou des suppositoires ou d’autres petits trucs dans ce style. Sur le petit sachet, il y a la prescription, c’est-à-dire le nombre de trucs à prendre et combien de fois par jour, et si vous avez de la chance, même le nom du médicament, à condition que le stylo ait pu écrire quelque chose sur le sachet…

Comme au Canada, ils donnent rarement des boîtes complètes de médicaments, mais uniquement la quantité dont vous aurez besoin pour vous soigner (ou non, mais on y reviendra en temps voulu). Donc forcément quelque part ça réduit, en théorie, les dépenses de santé… Mais pour le patient, l’hôpital ou bien pour le gouvernement ? Aucune idée. Pour l’instant, j’avoue que je ne m’en suis pas occupé

Il y a aussi le nom du patient, mais pas forcément tout le temps. Les médicaments ci-dessus proviennent de trois hôpitaux différents et concernent plusieurs patients, hein. Nous ne finissons pas tous drogués🙂 Oui, j’ai bien écrit que les médocs viennent d’hôpitaux ou cliniques (càd l’équivalent des cabinets médicaux en France). Autant que je m’en souvienne, nous n’avons pas été cherché une seule fois une prescription médicale dans une pharmacie depuis  que nous sommes ici. Trois ans tout de même !

Il y a des pharmacies, et elles font presque toutes partie de deux enseignes : Guardian et Watson (yep, ça ne sonne pas vraiment malais). En fait, j’ai dans l’idée que cela doit être proche du concept de drugstore US : vous avez des rayons avec des vitamines, huile de foie de morue, parfums, cosmétiques, préservatifs et j’en passe que vous pouvez directement mettre dans votre panier. Et au fond du magasin, hop, un comptoir et quand vous avez de la chance, un pharmacien qui pourra vous conseiller. Quand vous avez de la chance, car ses horaires correspondent rarement à ceux de l’enseigne. Non, ne me demandez pas pourquoi ! Soit, j’exagère un peu, mais il arrive souvent que les horaires soient juste là pour faire beau !

Donc voilà, vous allez voir le médecin, et vous repartez avec vos médicaments. Super ! Euh, non, pas si vite, ça aurait été trop simple. Souvent, vous ne savez pas ce que vous avez : au choix : « flu » (grippé), « infection » (infection), et… ben c’est tout. Donc on repart avec dans un petit sachet plastique aux couleurs de l’hôpital/clinique avec les médicaments, en espérant pouvoir être traité.

En Malaisie, il y a encore un problème de poids : la sur-prescription des antibiotiques (souvenez-vous les campagnes : « l’antibiotique, ce n’est pas automatique »). En bons français et européens que vous êtes, vous avez déjà consulté les sites d’Améli et de la CPAM ? Bon, petite piqure de rappel, au cas où :

Au bout d’un moment, surtout avec les « flu »s à répétitions, on ne sait plus à quel saint se vouer : ont-ils raison en Europe ? Mais pourquoi mes gamins sont toujours malades ? Puis on commence à penser à des complots ourdis par l’Ouest, ou par les compagnies pharmaceutiques, etc. !

Un autre problème lié à la façon de distribuer les médicaments, c’est l’absence totale de notice. Et donc, quand on n’a pas le nom du médoc, on a beau avoir Internet, mais on ne peut se renseigner sur les possibilités d’effets indésirables, les problèmes liées aux allergies (amusez-vous quand vous êtes allergiques à la pénicilline (en français et en anglais) !).

Au final, c’est une bonne expérience, car on finit par se renseigner sur les médicaments. Mais il y a un revers : on finit par se demander si le médecin est compétent ou si il/elle prend assez de temps avec ses patients… Je vous passerez les visites chez le médecin qui se finissent par un dialogue de ce genre 

  • Docteur, pourquoi ai-je ça ?
  • Bah, allez sur Wikipedia, vous allez trouver.
  • … (soupir) …

Ce n’est même pas romancé mais bien véridique ainsi que la variante avec Google

  1. Tim
    20 avril 2010 à 5:13

    Comme dirait mon pôpa: une grippe pas soignée ca dure 7 jours alors qu’une grippe bien soignée ca ne dure qu’une semaine (oui les enfants de médecin sont les moins bien soignés :P).

    Les Allemands avalent moins de médicament que les Francais, mais je crois avoir remarqué que les dosages sont bien plus élevés qu’en France… c’est plus l’effet dose de cheval quand ca va pas plutôt que la mini dose constante… et c’est pas forcément trop mieux.

    • R
      20 avril 2010 à 5:57

      Ach l’Allemagne… Si ça n’a pas changé, c’est aussi à la boîte de médocs la distribution, non ? Puis après se faire rembourser… Hum là aussi matière à billets, surtout pour les expats.
      Au fait, Tim tu te sens expat ou pas vraiment ?

  2. Tim
    20 avril 2010 à 6:37

    Oui c’est aussi à la boite que ca se passe ici.

    Coté expat’ la réponse est « ben pas vraiment ». Expatrié suggère que j’ai quitté ma patrie, ce qui est naturellement vrai sur le papier. En revanche pour ce qui est du ressenti c’est une autre paire de manche. Je me sens profondément Européen, d’autant plus à mesure que je découvre la proximité de nos cultures. Vivant avec une Allemande j’ai été très vite intégré dans ses cercles d’amis et j’ai finalement mis mon nez dans les groupes d’expats francais pour la première fois après 2 sur place. Le fait que je n’ai aucune envie de retourner vivre en France et que je bosse pour une boite Allemande avec un contrat Allemand couronne le tout et confirme le « ben pas vraiment »😀

    • R
      21 avril 2010 à 6:19

      Hé hé. C’est exactement le ressenti que j’avais aussi, on se sentait chez nous en Allemagne. Maintenant faudrait voir des Allemands (ou autres Europeens) en France… Hum… Des Belges en France, ça ne compte pas, non ?

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :