Accueil > Différences pas importantes... si tout de même, Ici, miam, supermarché > Secouez-moi, secouez-moi… localement

Secouez-moi, secouez-moi… localement

Ah, oui, oui. En bon expat’ on cherche avant tout à trouver à manger et à boire. Bien entendu, y’a des produits locaux…

Mais voilà, le riz, les “trucs” qui marinent dans un liquide aux couleurs exotiques, ça va, quelques temps. Le temps des vacances comme pour vous qui venez vous détendre au soleil de Malaisie pendant une partie de vos 40 jours de congés annuels. C’est nouveau, c’est coloré, c’est épicé, hum… mais nous y reviendrons plus tard. Ce n’est que l’introduction.

Donc, en expat’, un jour ou l’autre on a le mal du pays, et pour ce qui nous concerne aujourd’hui, notre palais réclame quelque chose auquel nous sommes habitués. Or, au détour des rayons d’un hypermarché du coin mais pas vraiment local (non, ne cherchez pas, il s’agit de TESCO), mon épouse trouve une bouteille à la forme particulière, mais pas d’ici. Oui, vous l’avez vue, c’est la petite bouteille d’Orangina. Celle qui nous rappelle au “bon goût de là-bas dis !” (ou presque).Orangina vide :)

Hop, ni une ni deux, ma femme s’empare du précieux butin (entre 4 et 8 RM, donc pas loin de 2 € dans le pire des cas) et le met dans le Caddie. Elle l’a ramène à la maison et nous la conservons dans le frigo pour qu’elle ne souffre pas trop de la chaleur, la pauvre.

Mais il faut bien que cela arrive un jour ou l’autre : il faut l’ouvrir pour en extraire son contenu afin de se délecter de son goût particulier (surtout ici : quand on boit, il est fréquent de boire du sucre avec un peu de goût).

Je verse le contenu dans un verre (propre, au cas où certains poseraient la question), et mon palais était prêt à retrouver un goût presque oublié.

Attention ami lecteur, cela ne veut pas dire que je suis dingue d’Orangina, mais une fois de temps à autre, son petit goût entre l’eau pétillante et le jus d’agrumes fait du bien. Puis c’est : “l’un des goûts qui rappelle la maison.

Je mets donc le verre à ma bouche, je prends une gorgée, et… Et, bon j’essaye de nouveau, j’ai dû me tromper… Ben non, bouteille vidée, et définitivement un goût (très) différent.

Oui, j’ai bien secoué la bouteille, comme d’habitude. Enfin plus exactement, j’ai “Secoué pour le/la réveiller” (dans la langue d’Henry Jones Senior, cela donne “Shake it to Wake it”). Mais c’est vrai que j’aurai dû me douter de quelque chose : habituellement, une fois secoué, le liquide est plus ou moins jaune. Là, il était jaune sombre et transparent. Date de péremption ? Non, il y en avait encore pour trois mois.

Simplement : un adaptation “au marché local” (c.à.d. pas européen). C’est assez fréquent en fait : un produit alimentaire est adapté à une zone particulière. Pour la bouteille d’Orangina, je pensais d’abord à l’Angleterre à cause de TESCO, car il n’est pas rare de trouver des produits anglais directement adapté. Mais dans ce cas précis, non :

Mais c'est bien sûr!

Donc, comme vous pouvez le voir, c’est pour le marché de Singapour. Pour pouvoir en vendre Orangina (ou Schweppes) ont dû adapter la recette aux goûts locaux. Alors que le produit vient de France et non pas de la région.  Et ce n’est pas le seul cas d’adaptation, malheureusement.

J’ai un peu de mal avec ces histoires : si il s’agit d’un produit de grande consommation, je pourrais à la limite comprendre, surtout si c’est fabriqué sur place comme le Nutella (euh, non, il n’est pas fait en Malaisie, heureusement, mais en Australie), donc avec des produits locaux. Mais quand le produit complet vient de son pays d’origine, je me dis que les gens qui l’achètent seront plus ou moins floués, d’une façon ou de l’autre :

soit tu achètes car tu connais, grâce à, par exemple, un voyage ou des amis l’ayant ramené de France,

soit tu ne connais pas, mais c’est français (oui, soyons fous, soyons plus Sarkozy que Sarkozy🙂 ), et tu achètes, et le jour où tu auras la chance d’aller en France, tu risques d’être décu car tu ne retrouves pas les mêmes sensations, sniff.

Et cela arrive bien entendu à d’autres produits (La Vache Qui Rit par exemple), et pas uniquement sur l’alimentaire, mais cela est une autre histoire… Heureusement les bières gardent le même goût… Sur ce, une petite Leffe ou une Chimay, pour oublier ça. Vive l’import direct !

  1. 7 mars 2010 à 9:43

    Je crois que le slogan Canada Dry peut être appliqué à bcp de produits en Malaisie ?

  2. 2 avril 2010 à 9:08

    Tu fêtes Pâques en Malaisie ? ;°)

    • R
      20 avril 2010 à 1:46

      Euh, Paques doit etre l’une des fetes les moins fetees ici (je parle en plus de la communaute chretienne qui doit tenir dans un paquet de mouchoirs!). Pas moyen de trouver des oeufs ou des lapins.😦

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :